Sur les rives de l'Orient

Cliquez ici pour plus d'informations

Créé au festival de Sablé-sur-sarthe, ce programme explore la thématique de l'Orientalisme à travers des oeuvres de Lully, Campra et Clérambault. 

Peuplé de récits des croisades, de la tragique fin de l'empire byzantin, de la grandeur terrifiante des empereurs ottomans, de l'univers du Tasse et de l'Arioste, l'imaginaire baroque libère son besoin de couleurs et de passion sur fond d'un Orient fantasmé. La musique française elle aussi puise parfois à la source orientale et, s'abandonnant à la liberté expressive italienne, elle vagabonde de la mer Méditerranée à la mer Noire, de la Palestine aux Indes, sur les rives toujours inexplorées du rêve. C'est là qu'elle rencontre la magicienne Armide ou la terrible Médée et que Campra ou Leclair faussent allègrement compagnie à la déesse Raison... 

Conversations Sacrées

Ce programme se propose de faire dialoguer deux des plus éminents compositeurs de la fin du règne de Louis XIV, un moment particulier qui vit, à la Cour de Versailles, la floraison d’un art religieux fastueux encouragé par la dernière compagne du monarque, la très dévote Madame de Maintenon; il s’agit du puissant surintendant de la musique, Michel- Richard Delalande et de François Couperin  organiste de la Chapelle royale et claveciniste admiré de tous.Si le premier est connu pour avoir amené le grand motet versaillais à son apogée et le second pour avoir privilégié, lui, la musique intimiste pour clavecin oupetit ensemble en mêlant les goûts français et italiens, nous avons choisi de faire entendre un visage moins connu de l’un comme de l’autre, à travers le genre liturgique du petit motet pour soliste(s), Les Leçons de ténèbres de Delalande et l’un des motets de Couperin, composé «sur l’ordre du Roy» en 1704. Nous y avons ajouté quelques merveilleuses pièces pour viole de gambe composées tardivement (1728) par un Couperin qui, n’étant pas gambiste, propose une écriture instrumentale inhabituelle, non pas faite d’accords ou de polyphonie comme il était coutume chez ses contemporains mais de mélodies expressives. Un écho poétique aux œuvres vocales présentées dans ce concert

MIROIRS - Intégrale des Sonates en Trio de Dandrieu

CD disponible au label Versailles Spectacles

(Sortie Printemps 2020)

Camille Delaforge, clavecin, orgue et direction

Fiona Emilie Poupart, violon

Anne Camille, violon

Ronald Martin Alonso, viole de gambe

Benjamin Narvey, théorbe

Prise de son ; Olivier Rosset

Harmonischer Gottesdient (100% Telemann)

Cliquez ici pour plus d'informations

C’est en particulier au genre du quatuor que Telemann dut sa célébrité européenne dans les années 1740. Succédant à la sonate à 3 qui avait séduit le tournant du siècle, le quatuor à 4 parties réelles fit entrer la musique baroque dans la modernité, annonçant le classicisme proche. Les quatuors parisiens de Telemann, admirablement servis par les plus grands virtuoses de l’époque, le flûtiste Michel Blavet, le gambiste Antoine Forqueray... surent, dans l’esprit de Couperin, mettre en valeur les goûts réunis, français, italien et allemand. Ainsi c'est toute la délicatesse de l’art de la conversation tant prisé sous Louis XV que se proposent d’illustrer les pièces instrumentales de ce programme.

Pour autant il est une autre facette de l’art de Telemann qui méritait assurément d’être mise en lumière; l’art de la cantate pur, soliste, réservé, contemplatif, étranger des salons aristocratiques pour se consacrer au dialogue avec Dieu. La voix individuelle se fond aux arabesques expressives instrumentales en privilégiant l’intimisme.

Madonna della Grazia

Cliquez ici pour plus d'informations

La culture chrétienne a de tous temps conféré aux figures féminines des saintes une place de choix. Mais parmi elles, ce sont sans nul doute les personnages de la Vierge et de Marie-Madeleine qui ont le mieux cristallisé et canalisé l'imaginaire des croyants. Maternelle ou amante, lumineuse ou tourmentée, éthérée ou sensuelle, la Femme est devenue l'une des grandes inspiratrices de l'art chrétien.

En mêlant les sources populaires et baroques du pourtour méditerranéen, ce programme a choisi d'illustrer la diversité de cet imaginaire. Tantôt c'est le versant purement stellaire de Marie qui nourrit les oeuvres, tantôt c'est l'humanité déchirée de la pécheresse repentie qui fait irruption dans l'église de la Contre Réforme. Tantôt la vie telle qu'on la rêve, tantôt la vie telle qu'elle est. Tantôt l'idéal, tantôt l'humanité.

© 2014 Ensemble Il Caravaggio